American Nightmare

American Nightmare 4 : Les Origines (The First Purge)

Chroniques,  Cinéma

Étant une grande fan de la franchise cinématographique American Nightmare (The Purge en version originale, ce qui a quand même vachement plus de gueule que notre titre français – qu’ils auraient pu traduire tout simplement par La Purge, m’enfin…), je ne pouvais délibérément pas passer à côté de ce quatrième opus, qui peut se regarder sans avoir vu les trois premiers films. En effet, il s’agit d’un retour aux origines de la purge et il n’a donc besoin d’aucune base pour être compris.

L’œuvre en bref

Titre original : The First Purge
Titre français : American Nightmare 4 : Les Origines
Réalisateur : Gerard McMurray
Acteurs : Y’lan Noel, Lex Scott Davis, Joivan Wade, Mugga, Patch Darragh, Luna Lauren Velez, Kristen Solis, Rotimi Paul…
Pays : États-Unis
Date de sortie : 4 juillet 2018
Interdit au moins de 12 ans

Pour faire passer le taux de criminalité en-dessous de 1% le reste de l’année, les « Nouveaux Pères Fondateurs » testent une théorie sociale qui permettrait d’évacuer la violence durant une nuit dans une ville isolée. Mais lorsque l’agressivité des tyrans rencontre la rage de communautés marginalisées, le phénomène va s’étendre au-delà des frontières de la ville test jusqu’à atteindre la nation entière.

La bande annonce

Ce que j’en ai pensé

La franchise American Nightmare est connue pour être très violente (ce n’est pas pour rien qu’elle est interdite aux moins de 12 ans…), avec beaucoup de sang et de torture, et ce quatrième film ne déroge pas à la règle, puisqu’il tient complètement ses promesses à ce niveau là, et même plus encore. En effet, il s’avère que ce volet ce politise d’avantage, puisque nous découvrons comment la purge s’est mise en place, en commençant par une petite ville des États-Unis. On sait désormais que les Nouveaux Pères Fondateurs voulaient tester une nouvelle théorie sociale : si les gens peuvent déverser leur colère le temps d’une nuit, ils n’auront pas à le faire le reste de l’année.

Seulement, j’ai beau être fan de cette franchise (ou plutôt de son idée originelle ?), j’ai du mal à ne pas être frustrée à la fin de ce quatrième film. Le déroulement est très intéressant, notamment ce qui tourne autour de la manipulation des gens et des médias – mais pourquoi avoir mis ce super twist dans la bande annonce ?! -, mais la fin m’a laissé perplexe. J’aurais aimé voir un « après première purge », ce que les gens en ont pensé, ce qui se passait dans leurs têtes et ce qu’ils prévoyaient déjà pour l’année d’après, par exemple. Même du côté des politiques, on reste sur notre faim et on espérait une conclusion différente.

Ce que j’ai particulièrement apprécié dans ce film d’American Nightmare, et que je n’avais pas encore trouvé dans les trois précédents, c’est qu’on n’y voit pas seulement des meurtres et de la torture, mais également des actes, quels qu’ils soient, illégaux, comme une tentative de viol ou du deal de drogues. L’ambiance a également bien été conservée : peur, angoisse, effets de surprise et oppression.

Finalement, mon ressenti global se résume à… Un film qui amène très bien la suite des événements et qui explique très bien la folie des gens des trois premiers films. J’aurais cependant apprécié y voir un plus grand approfondissement et une analyse de cette première purge à la fin du film.

La citation de la fin

Ce soir, nous verrons le meilleur et le pire de chacun.

American Nightmare 4 : Les Origines

Laisser un commentaire