J’ai vu le film Death Note de Netflix : catastrophe ou bonne surprise ?

J'ai vu Death Note, le nouveau film de Netflix

J’ai pris quelques jours pour me remettre de mes émotions. Oui, car il fallait au moins ça pour me remettre du désastre qu’a été le visionnage de Death Note, sorti vendredi dernier sur Netflix. J’ai aussi pris le temps de regarder l’anime japonais, puisque je n’avais fait que lire les mangas il y a peu, conseillée par Lizzie. Je n’étais déjà pas emballée par l’idée d’un remake américanisé de l’oeuvre de Tsugumi Ōba et Takeshi Obata, et lorsque j’ai vu la première bande-annonce, j’étais à la fois curieuse et anxieuse à l’idée de voir le film, mais alors, quand je me suis plantée devant le film vendredi soir, j’avais envie de hurler devant l’écran après seulement dix minutes.

Death Note suit un lycéen qui trouve un carnet doté d’un pouvoir surnaturel : quiconque le possède condamne à mort ceux dont il y inscrit le nom en pensant à leur visage. Enivré par un sentiment de toute-puissance quasi divine, le jeune homme commence à tuer ceux qu’il estime indignes de vivre.

(Article sans spoiler)

Les scénaristes n’ont tout simplement pas compris l’histoire et ses personnages. Ces derniers sont dénaturés, surtout Light (qui change au passage de nom de famille) : d’intelligent, froid et manipulateur, il passe à irréfléchi, sentimental et mollasson. On oubliera également la mère du personnage principal qui est morte, la sœur, supprimée du scénario, le père, quasiment absent, et les Dieux de la Mort autres que Ryuk, qui ne sont même pas mentionnés. Ryuk est d’ailleurs très peu présent, et quand il l’est, c’est dans l’obscurité, sûrement par manque de moyens financiers (on ne le voit même pas manger de pomme… !). Quant à L, à quel moment est-il crédible ? Franchement… En plus des problèmes d’écriture des personnages (ou de la non-écriture), Death Note souffre d’un manque cruel d’approfondissement de l’histoire, saupoudré d’acteurs sans charisme et d’un filtre bleu-gris salement moche. Ce film est bourré d’incohérences, notamment quand il se met à inventer des règles inexistantes dans l’histoire originale et à ne pas s’en servir dans un moment où il aurait été important de s’en servir.

Ce qui me dérange le plus dans tout ça, c’est que les scénaristes auraient pu prendre le parti de créer une histoire différente, avec un Dieu de la Mort différent et un personnage principal différent, cela aurait évité la comparaison inévitable entre le manga, la série animée -qui est excellente- et le film. Ici, ils ont voulu reprendre Ryuk, Light et le titre de l’oeuvre, en changeant tout le reste. C’est… frustrant. Visiblement, les adaptations live-action de mangas ratées sont une habitude outre-atlantique, puisque récemment Ghost in the Shell a reçu de très mauvaises critiques, sans oublier Dragon Ball Evolution, sorti en 2009. Les studios américains n’ont donc pas encore compris qu’ils étaient tout simplement mauvais dans ce domaine et s’obstinent à nous faire croire qu’ils parviendront un jour à nous surprendre. Outre le fait que Death Note soit une mauvaise adaptation, il est avant tout un mauvais film : mauvais acteurs, mauvaise direction, mauvaise écriture… Rien ne va dans ce film. Rien du tout. Vous savez le plus rageant dans cette histoire ? C’est que l’argent qui a servi à produire ce film médiocre aurait pu servir à produire une troisième saison à Sense8, une deuxième à The Get Down ou plus modestement une deuxième à Girlboss par exemple.

0

2 réactions à propos de cet article

  1. Je n’ai pas encore pris le temps (ou perdu le temps, je ne sais pas trop) de regarder « cette chose ». Quand j’ai entendu ce qu’ils avaient fait de L (et des autres personnage aussi d’ailleurs), j’ai frôlé la crise cardiaque, du coup je ne sais vraiment pas si je vais m’infliger ce film ou non XD

    1+

    1. Oh, L n’est pas le pire, vraiment ! Ils ont complètement bousillé le personnage de Light, c’est le pire, une vraie catastrophe… En fait, j’ai voulu le regarder pour pouvoir le critiquer librement par la suite, car je savais que je n’allais pas aimer !

      0

Laisser un commentaire