« L’appel du Néant » de Maxime Chattam

"L'appel du Néant" de Maxime Chattam

Étant fan de Maxime Chattam, j’ai acheté L’appel du Néant, tome 3 de la trilogie de Ludivine Vancker, dès le jour de sa sortie et l’ai commencé quelques jours après. J’ai immédiatement été happée par l’histoire, dès les premières pages j’ai senti que j’allais dévorer ce roman en quelques heures si je ne faisais pas une pause. Du coup, j’ai couper ma lecture avec Opération Pantalon, dont je vous parlais il y a quelques jours. Une fois replongée dedans, je l’ai terminé le lendemain, me forçant à ralentir le rythme pour mieux apprécier ma lecture.

Tueur en série…
Traque infernale.
Médecine légale.
Services secrets.
… Terrorisme.
La victoire du Mal est-elle inéluctable ?

Quel plaisir de retrouver les personnages de la trilogie et l’écriture que j’aime tant de Maxime Chattam ! Tout n’est bien sûr pas parfait, mais il est clair que l’auteur aura su me surprendre, aussi bien à la moitié du roman, qu’à la toute fin, qui nous offre deux magnifiques retournements de situation. Si ma lecture a été, comme toujours avec cet auteur, très agréable, j’ai pu relever une chose qui m’a pas mal dérangée : la transition entre meurtres en série et terrorisme est difficilement mise en place, elle manque cruellement de subtilité. J’ai également eu du mal à lire les chapitres traitant de l’extrémisme, c’était plutôt laborieux et assez inutile à l’intrigue finalement. Cependant, je reconnais volontiers les connaissances et la documentation de Maxime Chattam, il sait clairement de quoi il parle et c’est fort appréciable dans ce genre littéraire.
J’avoue qu’en lisant la quatrième de couverture et en ayant connaissance des deux tomes précédents, je ne m’attendais pas à ça, je m’attendais à plus de suspense, plus d’enquête. Cependant, en prenant le recul nécessaire, je ne peux pas dire que je sois réellement déçue. En effet, j’ai pris plaisir à lire L’appel du Néant, malgré mes attentes qui étaient différentes. Le style de l’auteur n’est clairement pas le même que dans les tomes précédents, mais après tout, pourquoi pas ? Le style d’un auteur est amené à évoluer d’année en année, ça n’est donc pas quelque chose qu’on peut lui reprocher. Ce qui est étrange en revanche, c’est qu’il ait changé en plein milieu d’une trilogie.
Pour résumer, L’appel du Néant est bien éloigné de ce que Maxime Chattam fait habituellement, avec un rythme plus lent, mais reste très travaillé, avec des connaissances et une documentation indéniables.

0

Laisser un commentaire