Les Petites Reines – Clémentine Beauvais

Chroniques,  Littérature

J’en aurais mis du temps avant de me lancer dans cette nouvelle lecture ! Et après avoir refermé Les Petites Reines, je me suis dit « Wow, pourquoi ai-je attendu si longtemps ? », ça vous donnera un rapide aperçu de ce que je vais en dire dans la suite de cet article. À force de le voir partout et d’en entendre que du bien, j’ai eu peur de me lancer, mais, encore une fois, c’est Léa (Just About Lizzie) qui m’a convaincue de m’y plonger : elle me connait tellement bien !

L’œuvre en bref

Titre original : Les Petites Reines
Titre français : Les Petites Reines
Auteure : Clémentine Beauvais
Pays : France
Éditeur : Sarbacane
Date de parution : 1er avril 2015
Nombre de pages : 270
Prix : 15,50€ (Numérique : 9,99€)

On les a élues « Boudins de l’année » sur Facebook. Mais Mireille Laplanche et ses « boudinettes », Hakima et Astrid, n’ont pas l’intention de se lamenter sur leur sort ! Elles ont des mollets, des vélos, et elles comptent bien rallier Bourg-en-Bresse à Paris… pour s’incruster à l’Elysée ! Place aux Petites Reines !

Ce que j’en ai pensé

Si l’on fait l’impasse sur le côté un peu absurde de voir trois très jeunes filles parcourir la France en vélo et vendant du boudin, Les Petites Reines est un vrai bonheur à lire. J’ai vraiment pris mon pied en lisant ce roman, il est d’une fraîcheur, c’est fou ! Je n’avais, jusqu’à présent, jamais ri en lisant un livre, JA-MAIS. Et pourtant, en lisant Les Petites Reines, j’ai ri de très bon cœur, j’ai même dû arrêter ma lecture à plusieurs reprises tant je riais, c’est dire ! C’était pourtant un pari risqué et difficile à relever, que de faire rire par ce qui blesse, de faire rire sur un sujet aussi révoltant que celui-ci. Mais Clémentine Beauvais l’a fait, et avec brio !

Nous sommes tous passés par la case adolescence dans notre vie, nous avons tous connu de près ou de loin le harcèlement scolaire, qu’on soit victime, harceleur ou témoin. De ce fait, l’histoire saura toucher tout le monde, qu’importe de quel côté on se plaçait à l’époque. Le sujet abordé dans Les Petites Reines est tabou mais l’auteure a su le faire avec beaucoup de subtilité et surtout d’humour.

Malgré tout, parce qu’il faut bien un petit bémol à ce roman, j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages, surtout au début, je les trouvais tous un peu insupportables pour différentes raisons. Heureusement, cela évolue avec le temps et les trois jeunes filles finissent par nous toucher chacune à leur manière. On se prend rapidement au jeu, on les encourage et on ressent ce qu’elles ressentent : un peu plus et on sentirait même leurs courbatures !

Finalement, mon ressenti global se résume à… Un roman d’une fraîcheur incroyable, délivrant moult messages positifs à tout point de vue. Tout simplement un coup de cœur, une claque littéraire que j’aimerais me prendre plus souvent !

La citation de la fin

On n’aime pas voir les gens beaux aller mal. Les moches, eux, évidemment qu’ils vont mal, ils sont moches.

Les Petites Reines

Laisser un commentaire