Miroir Culturel #3 : Ballerina d’Anne-Marie Pol

Miroir Culturel #3 : Ballerina d'Anne-Marie Pol

Comme je ne fais jamais les choses dans l’ordre, j’ai d’abord lu l’adaptation de l’oeuvre originale, puis regardé le film d’animation Ballerina. Eh oui, bien que ça soit rare, le livre est une adaptation du film du même nom ! Pour tout vous avouer, je ne connaissais pas l’existence du film, et j’ai acheté le livre au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil pour être certaine d’avoir ma dédicace d’Anne-Marie Pol.

Félicie est une jeune orpheline bretonne qui n’a qu’une passion : la danse. Avec son meilleur ami Victor qui aimerait devenir un grand inventeur, ils mettent au point un plan rocambolesque pour s’échapper de l’orphelinat, direction Paris, ville lumière et sa Tour Eiffel en construction ! Félicie devra se battre comme jamais, se dépasser et apprendre de ses erreurs pour réaliser son rêve le plus fou : devenir danseuse étoile à l’Opéra de Paris…

Film (2016) :
Livre (2016) :

L’adaptation en roman de Ballerina par Anne-Marie Pol étant une pure et simple retranscription du film, je vais me contenter de dire que malgré un style d’écriture profondément destiné aux très jeunes, la lecture est restée fluide et agréable. J’avoue que je ne l’aurais probablement pas acheté si l’auteure n’avait pas été présente. En aucun cas il m’aurait attiré au premier coup d’œil. Mais en aucun cas je regrette cet achat : j’ai découvert par la suite un très beau film d’animation sur une de mes premières passions : la danse.
Comme je le disais dans mon article sur ma rencontre avec Anne-Marie Pol, c’est grâce à cet auteure et sa série Danse! que j’ai commencé à lire et à danser. J’ai pris mes premiers cours de danse classique quand j’avais huit ou neuf ans dans une petite école de ma ville, je n’ai jamais eu de très grandes ambitions (j’en avais plus pour la Gymnastique Rythmique), mais j’ai pris plaisir à danser tous les samedis pendant une heure, durant quinze ans. Alors, quand je lis et/ou vois des films qui traitent de la danse, je suis toujours aussi submergée par l’émotion et par la nostalgie. Ça fait maintenant huit ans que j’ai dû arrêter, à cause de mes études (ah… la joie de l’internat et de ses règles absurdes…) et me replonger dans mes souvenirs et dans ce que je ressentais chaque fois que j’enfilais mes chaussons est une véritable bouffée d’oxygène. Cette histoire m’a fatalement procuré une vague d’émotions, mais transmet également un message d’espoir saupoudré de bienveillance, aussi bien entre amis, qu’entre danseurs.
Je note tout de même que la musique classique utilisée est toujours la même, et c’est quelque chose de récurrent dans la quasi-totalité des œuvres sur ce sujet. De plus, les musiques pop tout au long du film m’ont plutôt surprises, puisque je m’attendais à entendre des chansons françaises ou des musiques classiques, pour mieux entrer dans le thème.
J’ai aimé voir le Paris du XIXe siècle et les références tout au long de l’histoire comme la construction de la Tour Eiffel et de la Statue de la Liberté ! Cependant, je ne sais pas si un enfant devant le film comprendrait vraiment ce qui se passe s’il ne connait pas l’histoire derrière la construction de ces deux monuments… En tout cas, en tant qu’adulte, j’ai pris beaucoup de plaisir à regarder le film et même à lire le livre, dont j’ai trouvé l’histoire très bien rythmée plutôt originale, si on fait abstraction des clichés habituels dans les histoires jeunesse.

0

Laisser un commentaire