Miroir Culturel #4 : Treize Raisons de Jay Asher

Miroir Culturel #4 : Treize Raisons de Jay Asher

Il y a déjà plusieurs années, à la création de mon compte sur Livraddict, j’avais mis le roman Treize Raisons dans ma wishlist, mais je ne l’avais encore jamais lu, jusqu’à ce qu’une série soit adaptée du roman en mars 2017 sous son titre original, 13 Reasons Why. La série a énormément fait parler d’elle, si bien qu’elle a été renouvelée pour une deuxième saison alors qu’il n’était pas prévu qu’il y ait une suite, la série se terminant au même moment que le roman.

Clay reçoit treize cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu’elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes impliquées dans sa vie : amies ou ennemies, chacune de ces personnes a compté dans sa décision. D’abord choqué, Clay écoute les cassettes en cheminant dans la ville. Puis, il se laisse porter par la voix d Hannah. Hannah en colère, Hannah heureuse, Hannah blessée et peut-être amoureuse de lui. C’est une jeune fille plus vivante que jamais que découvre Clay. Une fille qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer…

Livre (2007) :
Série (2017) :

Je ne vais pas passer par quatre chemin : je ne fais pas partie de la grosse majorité à avoir eu un coup de cœur pour la série 13 Reasons Why. C’est donc sans grande conviction que j’ai commencé ma lecture de Treize Raisons ensuite. Je partais sans doute avec des attentes bien trop différentes de l’histoire, ayant été moi-même victime de harcèlement. En fait, l’histoire ne parle pas seulement de harcèlement, c’est même plutôt une minime partie de l’intrigue, puisque tout se joue réellement dans les dernières scènes, qui sont très violentes, aussi bien psychologiquement que physiquement.
Lorsque j’ai regardé la série, je ne me suis liée à aucun personnage, je les ai même trouvés détestables, à commencer par Hannah, pour qui nous sommes censés avoir un minimum d’empathie. De ce fait, je n’ai pas réussi à trouver tous les actes aussi horribles que le dit Hannah. Seuls les trois derniers épisodes m’ont réellement touchés.
Niveau écriture, le roman est tout simplement mauvais. Il s’avère que j’ai lu une version numérique pleine de fautes de frappe, ce qui ne m’a pas aidée à apprécier ma lecture. Outre ces fautes, l’écriture est banale et manque cruellement de prise de risque. Les personnages sont encore plus détestables et la fin est beaucoup moins saisissante que dans la série. Je me dis qu’il s’agissait du premier roman de Jay Asher et qu’il s’est sans doute amélioré dans The Future of Us, sorti un an après Treize Raisons et écrit en collaboration avec Carolyn Mackler, puis dans What Light, sorti en 2016… En tout cas, je l’espère !

0

Laisser un commentaire