Sierra Burgess is a Loser (Netflix)

Sierra Burgess is a Loser (Netflix)

Chroniques,  Télévision

C’est sans grande conviction et après avoir entendu parler pendant des semaines et des semaines de Sierra Burgess is a Loser et surtout de l’acteur Noah Centineo, que je me suis lancée dans le visionnage de ce film sur Netflix en fin d’année 2018. Et je dois dire que je suis bien plus mitigée – pour ne pas dire carrément déçue – que la plupart des gens…

L’œuvre en bref

Titre original : Sierra Burgess is a Loser
Titre français : Sierra Burgess is a Loser
Réalisateur : Ian Samuels
Acteurs : Shannon Purser, Noah Centineo, Kristine Froseth, RJ Cyler…
Pays : États-Unis
Date de sortie : 7 septembre 2018

Une lycéenne brillante s’allie avec une fille plus populaire pour attirer l’attention de celui qu’elle aime.

La bande annonce

Ce que j’en ai pensé

Je vais être directe : ce film me pose problème à tous points de vue. Je ne vais pas m’étendre sur l’irréalisme de la situation, mais plutôt m’attarder sur le reste. Tout d’abord, Sierra Burgess is a Loser se base du début à la fin sur une multitude de mensonges et de manipulations de la part de l’héroïne – dont je reparlerai après, tant elle est insupportable – et pourtant tout est bien qui finit bien pour elle. Je ne comprends, en effet, pas comment l’histoire de Sierra peut bien se terminer quand Jamey apprend qu’il s’est fait manipuler, pensant qu’il écrivait et parlait à Veronica. Il aurait dû – à juste titre – se sentir trahi. Le pire étant la scène du baiser sur le parking : pas de consentement et pris par surprise, il s’agit bel et bien d’une agression sexuelle.

Le deuxième problème que j’ai rencontré durant mon visionnage s’est présenté très tôt dans le film : Sierra se fait passer pour une personne sourde et muette lorsqu’elle rencontre pour la première fois Jamey, pour ne pas qu’il reconnaisse sa voix. Rappelons que ce n’est pas correct de se moquer d’un handicap, chose que Sierra fait pourtant sans se dire que c’est un problème.

Enfin, le dernier problème à mes yeux est le personnage de Sierra Burgess, tout simplement. Elle n’évolue jamais, est insupportable et agit comme une enfant de 12 ans ! La relation entre Sierra et Veronica est toxique à souhait. Le personnage de Veronica est bien plus intéressant que celui de Sierra. Elle cherche à évoluer, elle, au moins. Elle aide une personne qu’elle détestait (certes pour avoir de bonnes notes en retour), la défend même devant ses amies. En bref, elle tente de s’améliorer. Alors, quand on voit que Sierra fait un scandale quand elle la voit embrasser Jamey alors que c’est elle qui lui a demandé de jouer sa petite amie, c’en est trop. En plus d’être manipulatrice, Sierra est irréfléchie et se venge de la façon la plus immature possible. Et pour se faire pardonner par la suite, elle ne s’excuse en fait pas du tout, elle décide d’écrire une chanson… dans laquelle elle explique pourquoi elle a fait tout ça et à quel point elle se sent mal dans sa peau.

Finalement, mon ressenti global se résume à… Un film problématique de A à Z avec un personnage principal désagréable et égocentrique au possible, et dont je ne comprends clairement pas le succès.

La citation de la fin

As-tu une idée de ce que c’est que d’être une adolescente et de ressembler à ça ?

Sierra Burgess is a Loser

Laisser un commentaire