« Nous sommes tous des féministes » de Chimamanda Ngozi Adichie

"Nous sommes tous des féministes" de Chimamanda Ngozi Adichie

C’est lorsque j’étais en vacances à Nantes que je me suis procuré quelques livres, neufs ou d’occasion, parmi eux : Nous sommes tous des féministes, de Chimamanda Ngozi Adichie. Le titre m’a tout de suite interpellée et son prix m’a convaincue : il fallait que je me procure ce livre. Après m’être déjà ruinée pour mes (magnifiques) vacances, je n’étais plus à deux euros près, pas vrai ? Je me suis donc lancée plutôt rapidement dans cette lecture (le nombre de pages aidant), en revenant de vacances.

Partout dans le monde, la question du genre est cruciale. Alors j’aimerais aujourd’hui que nous nous mettions à rêver à un monde différent et à le préparer. Un monde plus équitable. Un monde où les hommes et les femmes seront plus heureux et plus honnêtes envers eux-mêmes. Et voici le point de départ : nous devons élever nos filles autrement. Nous devons élever nos fils autrement.

Le titre et le résumé parlent d’eux-mêmes : l’auteure est bien sûr féministe et nous explique pourquoi et comment elle en est venue à l’être. Je ne vais pas aller par quatre chemins : Nous sommes tous des féministes est à mettre entre toutes les mains. Dans une première partie, l’auteure nous offre une version modifiée d’une conférence qu’elle a donné en 2012 dans laquelle elle prône l’équité entre les hommes et les femmes. Ce qui est appréciable dans son récit, c’est qu’elle est optimiste mais surtout réaliste : l’égalité entre les deux sexes n’est pas pour aujourd’hui, mais c’est en éduquant différents nos enfants, filles comme garçons, que nous y parviendrons, un jour.

Encore aujourd’hui, au travail, alors que je parlais des vêtements pour motards, j’ai soulevé un problème : il y a très peu de vêtements pour les femmes. Quand j’ai fait cette réflexion, mes collègues (aussi bien masculins que féminins) m’ont rétorquée qu’il y avait des vêtements roses… Oui, c’est vrai, mais pourquoi le rose serait-il exclusivement féminin ? Pourquoi les femmes porteraient-elles seulement du rose ? C’est avec ce genre de remarque (assez fréquente dans ce milieu), que je me dis que ce livre devrait être lu par tout le monde (en plus, avec un prix si attractif, pourquoi s’en priver ?), afin d’arrêter de vivre avec des stéréotypes. Outre ce genre de stéréotypes, l’auteure s’attaque bien évident surtout aux injustices, comme par exemple les différences de salaires entre un homme et une femme (même diplômes, qualifications, anciennement, etc.).

Dans la deuxième partie, nous découvrons la nouvelle Les marieuses, de la même auteure. On y découvre alors ce que cette dernière a vécu lorsque sa famille l’a promise à un inconnue américain. On comprend alors que Chimamanda Ngozi Adichie ne lutte pas seulement pour l’équité et l’égalité entre les hommes et les femmes, mais aussi pour le droit au choix. Elle dénonce des cultures et des coutumes qui la dépassent, qui l’énervent.

J’insiste : tout le monde devrait lire ce livre, aussi bien les sceptiques (« Mais non, il n’y a plus d’inégalité entre les hommes et les femmes aujourd’hui ! ») que les auto-proclamés féministes.

0

Laisser un commentaire