Il y a vingt ans, ma passion pour la gymnastique rythmique est née

Ma première passion, la gymnastique rythmique

J’ai découvert le sport merveilleux qu’est la gymnastique rythmique à l’âge de six ans, lorsque j’ai vu ma cousine de six ans mon aînée participer à une compétition dans sa ville. J’ai immédiatement été fascinée par la beauté des chorégraphies et par la grâce des gymnastes. Le mois de septembre approchait : j’ai tanné mes parents pour qu’on m’inscrive, moi aussi, dans un club de notre ville. Je n’ai pas eu beaucoup à insister, ils étaient ravis que je m’investisse dans quelque chose. Ils ont alors cherché un club dans les alentours, m’ont inscrite, et dès le premier entraînement, j’ai tout simplement pris mon pied…

La Gymnastique Rythmique, anciennement appelée GRS et depuis 2000 GR, est une discipline complète alliant souplesse, grâce et adresse. La GR se pratique en musique à l’aide d’engins : le cerceau, le ballon, les massues, le ruban et la corde. Cette dernière n’est plus utilisée à l’international depuis 2011 par les gymnastes individuelles. En effet, en compétition la GR peut se pratiquer soit en individuel, soit en ensemble de 5 gymnastes.

ffgym.fr

D’une heure par semaine d’entraînement, je suis passée à deux lorsque j’ai commencé les compétitions quelques années plus tard. Si les débuts sur le praticable et devant le jury ont été pour le moins difficiles, les compétitions suivantes ne furent (presque) que du bonheur. Au fur et à mesure, et grâce à une nouvelle entraîneuse, notre club est monté dans le classement, nous avons toutes beaucoup progressé et nous sommes passées à quatre heures d’entraînement hebdomadaire, nous participions à des stages d’un week-end entier, dans une ambiance très particulière qu’on aimait tant. Si toutes ces heures de sport peuvent faire peur, il n’en était rien : c’était un putain de plaisir, un putain de défoulement, je me donnais à fond à chaque entraînement, c’était une putain de délivrance. Je ne me sentais bien que quand j’exerçais ce sport, je ne me sentais bien que quand j’avais un ballon ou un cerceau entre les mains, je ne me sentais bien que quand je pouvais ne penser à rien d’autre qu’à la GR. Je ne pensais plus au reste pendant quatre heures par semaine, c’était putain de bon.

Pourquoi est-ce que je parle au passé ? Parce que, à cause de mes études, j’ai dû arrêter d’exercer il y a maintenant six ans. J’ai bien essayé de reprendre dans un club près de mon nouveau chez moi, mais c’était très différent, je n’ai jamais retrouvé l’ambiance qu’il y avait dans mon club d’origine. Alors, maintenant que je suis posée, revenue dans ma ville d’origine et que mes études sont terminées, pourquoi ne pas reprendre ? La peur. La peur de l’échec et du ridicule. C’est con comme réaction, mais le regard des autres m’affectera toujours, qu’importe ce que j’en dis. Mais vous savez quoi ? Rien qu’en écrivant cet article, j’ai juste envie de pleurer tellement ça me manque. C’est en écrivant ces mots que je me rends compte à quel point j’ai envie de reprendre les entraînements.

Je retiens des entraînements les fous rires, mais aussi les engueulades. Je retiens bien sûr les coups de massues sur les pieds ou sur la tête et les sermons de l’entraîneuse. Je retiens les coups de mous et les coups de boost. Je retiens la frustration lorsque j’étais sur le banc de touche car blessée. Mais ce que je retiens par dessus tout des entraînements, c’est le bonheur et la légèreté qu’ils me procuraient. Je retiens des compétitions un esprit d’équipe, mais surtout de club, très fort. Je retiens le stress, mais aussi le soulagement. Je retiens les podiums, les coupes et les médailles gagnées. Je retiens les pleurs, qu’ils soient de tristesse ou de joie. Mais ce que je retiens par dessus tout des compétitions, c’est le soutien infaillible des filles du club.

0

2 réactions à propos de cet article

  1. Oh… c’est tellement bien écrit que j’ai eu les larmes aux yeux. Tellement de souvenirs qui reviennent. Cette passion a pris une si grande place dans nos vies.
    Des bisous et je te souhaite tout plein de bonheur et de réussite. Merci pour cet article qui m’a replongé quelques années en arrière. 😘 Anaïs.

    1+

Laisser un commentaire